VENEZUELA : UN PHOTOGRAPHE DÉTENU ARBITRAIREMENT 

Carlos Debiais, photographe vénézuélien, a été arrêté le 12 novembre 2021 et il est détenu arbitrairement à Caracas depuis le 12 avril 2022, date à laquelle une ordonnance de mise en liberté a été rendue en sa faveur. Il filmait des images dans l’État de Falcón lorsqu’il a été interrogé par des agents de sécurité de la compagnie pétrolière publique PDVSA, puis appréhendé par des membres de la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM). A plusieurs reprises au cours de sa détention, on est resté sans nouvelles du sort qui lui était réservé et de l’endroit où il se trouvait . Selon les informations recueillies, l’administration pénitentiaire affirme que l’ordonnance de mise en liberté ne peut être appliquée sans ordre exprès en ce sens de la ministre des Affaires pénitentiaires, Mirelys Contreras. Amnesty International demande la libération de Carlos Debiais. 

« / » Intervenez !

Vous pouvez utiliser, si vous le souhaitez, le modèle de courrier suivant :

Si vous souhaitez agir par courrier électronique, vous pouvez envoyer vos courriels aux services de l’Ambassade du Vénézuela en France en leur demandant de les transmettre au Procureur. 

De même, La Poste risquant de ne pas acheminer vos courriers postaux au Venezuela, vous pouvez envoyer votre courrier aux services de l’Ambassade du Vénézuela en France en leur demandant de transmettre. 

« / » Adresses :

Procureur général 

Tarek William Saab 

Avda. México, Manduca a Pelelojo,  – Edif. Sede Fiscalía General de la República, La Candelaria 

Caracas, Venezuela 

Twitter : @TarekWiliamSaab 

Tarifs postaux pour le Venezuela : 1,65 € 

 Ambassade du Venezuela en France : 

11 rue Copernic  –  75116 Paris Tél : 01 45 53 29 98 – Fax : 01 47 55 64 56 

Courriel : info@amb-venezuela.fr 

« / »Merci enfin de bien vouloir nous mettre en copie de vos courriels ou de nous indiquer les courriers que vous avez envoyés par voie postale (à Yveline Pouillot, Amnesty International NORD ESSONNE nordessonne@amnestyfrance.fr), Amnesty souhaitant savoir combien de courriers et courriels sont envoyés pour chaque action aux autorités (ce qui leur permet de justifier de la mobilisation autour du cas).

Egypte : un couple injustement incarcéré jugé par une cour de sûreté de l’Etat.

ACTION A MENER AVANT LE MOIS D’AOÛT 2022 

Aisha el Shater, 41 ans, fille du haut responsable des Frères musulmans Khairat el Shater, et son époux, l’avocat Mohamed Abo Horeira, sont jugés par une cour de sûreté de l’État pour de fausses accusations découlant de leurs liens familiaux. Les autorités égyptiennes ont soumis Aisha el Shater à de mauvais traitements en la plaçant à l’isolement prolongé, empêchant toute visite familiale pendant plus de trois ans et demi et la privant délibérément d’accès à des soins adéquats, alors qu’elle souffre de graves problèmes de santé potentiellement mortels. 

Intervenez auprès des autorités égyptiennes, aux adresses indiquées ci-dessous, en utilisant si vous le souhaitez le modèle ci-dessous :

Envoi par courriel ou par courrier (tarif : 1,65€) :

Président de la République arabe d’Égypte – Abdelfattah al Sissi 

Office of the President –  Al Ittihadia Palace 

Cairo, Égypte 

Courriel : p.spokesman@op.gov.eg 

Twitter : @AlsisiOfficial 

Merci de mettre en copie l’ambassade d’Egypte :

Ambassade d’Egypte  – 56 avenue d’Iéna  – 75116 Paris 

Courriel :  ambassadedegypteaparis@hotmail.com 

Merci enfin de bien vouloir nous mettre en copie de vos courriels ou de nous indiquer les courriers que vous avez envoyés par voie postale (à Yveline Pouillot, Amnesty International NORD ESSONNE nordessonne@amnestyfrance.fr), Amnesty souhaitant savoir combien de courriers et courriels sont envoyés pour chaque action aux autorités (ce qui leur permet de justifier de la mobilisation autour du cas).