Lutte contre les Violences faites aux femmes ; Rencontre-débat à la médiathèque de Juvisy 24 novembre 2017 à 20h

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, rencontre-débat organisée par la médiathèque de Juvisy, le vendredi 24 novembre 2017 à 20h.


Voir aussi : Invitation 10_21 Expo Crocodiles-1 ; une expo contre le harcelement de rue

Action Urgente : RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE. ON IGNORE LE SORT D’UN TCHÉTCHÈNE QUI A « DISPARU » EN RUSSIE

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Imran Salamov, 39 ans, est un Tchétchène qui a été renvoyé contre son gré en Russie depuis le Bélarus le 5 septembre 2017. On ignore où il se trouve actuellement et il est à craindre qu’il ne soit soumis à des actes de torture ou à d’autres mauvais traitements.
Imran Salamov, 39 ans, est un Tchétchène qui a été soumis à une « disparition », faisant l’objet d’un transfert du Bélarus en Russie le 5 septembre alors qu’il était incarcéré dans un centre de détention à Brest, au Bélarus. Il se trouvait auparavant dans la ville de Brest avec sa femme et ses quatre enfants. Depuis le mois de mars, ils avaient quitté à maintes reprises le Bélarus pour la Pologne afin d’y demander l’asile. Toutes leurs tentatives s’étaient soldées par un échec et, à chaque fois, ils avaient été renvoyés au Bélarus par les gardes-frontières polonais, bien qu’ils aient clairement exprimé leur intention de déposer une demande d’asile. Ce rejet de la part des autorités polonaises constitue une violation du droit international relatif aux droits humains et va à l’encontre des obligations incombant à la Pologne en tant qu’État membre de l’UE. Imran Salamov affirme qu’il a été torturé à plusieurs reprises en Tchétchénie et que sa famille et lui sont partis pour échapper à d’autres persécutions.

Lire l’information complète : Le sort d’un Tchétchène qui a « disparu » en Russie