Recrutement de bénévoles !

Amnesty international (France) cherche des bénévoles pour le suivi de pays, ainsi qu’en commission, au Secrétariat national. Vous trouverez ci-dessous les liens correspondant à ces différentes propositions :

Lien pour le suivi des pays de l’Afrique australe : https://www.amnesty.fr/annonces/benevoles-chargees-de-suivi-pays-dafrique-australe

Lien pour le suivi des pays du Sahel : https://www.amnesty.fr/annonces/charge-de-suivi-sahel

Lien pour le suivi de la Russie : https://www.amnesty.fr/annonces/benevoles-russie

Lien pour le suivi de la Pologne : https://www.amnesty.fr/annonces/benevoles-pologne

Lien pour un suivi au sein de la commission nationale « droits des femmes » : https://www.amnesty.fr/annonces/benevole-commission-femmes

Bonne nouvelle : Mahadine a été libéré

Vous avez peut-être signé une pétition pour Mahadine au Tchad : il faisait partie des 10 personnes défendues dans la campagne « 10 Jours pour signer ».

En avril, Mahadine, un cybermilitant du Tchad, a été libéré après avoir passé plus de 18 mois en prison sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Il était passible d’une peine de prison à vie pour un message sur Facebook qui critiquait le gouvernement. Ses sympathisants ont mené plus de 690 000 actions en sa faveur.

 

Action Urgente : Chine ; UNE FEMME ET SON ENFANT RISQUENT UN RETOUR FORCÉ

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Lee Su-jung (nom utilisé en Chine), 24 ans, et son fils, 4 ans, sont actuellement détenus à Shenyang, en Chine, avec 8 autres Nord-Coréens. En cas de retour forcé, ils risquent de subir des persécutions ou d’autres graves violations des droits humains, comme une détention arbitraire, des actes de torture ou d’autres mauvais traitements, voire une exécution.

Lire l’information complète : UNE FEMME ET SON ENFANT RISQUENT UN RETOUR FORCÉ

Samedi 9 décembre : « 10 jours pour signer », à Juvisy-sur-Orge

Samedi 9 décembre, veille de la journée internationale des droits de l’homme, venez rencontrer des membres de notre groupe d’Amnesty International, vous documenter, signer des pétitions pour aider des personnes victimes de violations des droits humains, leur envoyer des messages de soutien.

Grande mobilisation, ce 9 décembre de 10h à 18h aux Travées 9 rue du Dr Vinot et Place de l’Orge : information, signature de pétitions, envoi de messages de soutien à des personnes victimes de violations des droits humains.

Les bonnes nouvelles de juin 2017

Est-ce que l’action d’Amnesty International sert vraiment à quelque chose ? Oui, Amnesty, ça marche ! Voici la publication de juin 2017 qui en présente les résultats concrets : les « Bonnes Nouvelles ». Tous les mois, sur tous les continents, des femmes, des hommes, des enfants sont libérés…

  • CHINE : un avocat spécialisé dans les droits humains est libéré sous caution dans un contexte de répression acharnée
  • ETATS-UNIS : Chelsea Manning est enfin libre
  • HONGRIE : Vote historique contre la répression en Hongrie
  • IRAN : un défenseur des droits humains de premier plan libéré après dix ans d’emprisonnement
  • KENYA : un jugement plein d’espoir pour tous les peuples autochtones
  • MALDIVES : un militant utilisant les réseaux sociaux a été libéré de prison
  • MEXIQUE : une avancée contre la torture
  • OUGANDA : Stella Nyanzi a été libérée mais des accusations absurdes doivent être abandonnées
  • SOUDAN : des militants de l’opposition ont été libérés sans inculpation
  • SOUDAN : un pasteur, un missionnaire et un militant ont été libérés
  • TOGO: abandon de charges et libération d’une dirigeante associative

Action Urgente : MALAISIE ; UNE ÉTUDIANTE DÉTENUE POUR POSSESSION DE LIVRES « INTERDITS »

MALAISE : UNE ÉTUDIANTE DÉTENUE POUR POSSESSION DE LIVRES « INTERDITS »

Action urgente immédiate : Envoi de courriers , au 1er Ministre et au Ministre de l’Intérieur.

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Siti Noor Aishah, étudiante chercheuse, a été placée en détention provisoire » pour possession présumée de 12 livres considérés comme « illégaux » par les autorités malaisiennes.

Siti Noor Aishah, 29 ans, étudiante chercheuse à l’Université de Malaya, est actuellement en «détention provisoire » dans la prison de Kajang, dans l’attente d’une audience devant la haute-cour de Kuala-Lumpur, le 10 avril. Elle a été arrêtée pour la deuxième fois le 27 mars pour possession présumée de 12 livres attestant prétendument de son soutien des groupes terroristes ou la commission d’actes terroristes.

Sa première arrestation a eu lieu le 22 mars 2016 — des policiers armés de l’Unité malaisienne de lutte contre le terrorisme l’ont appréhendée après avoir encerclé son domicile, situé dans l’État de Terengganu. Siti Noor Aishah a été détenue à l’isolement dans un lieu inconnu durant 28 jours en application du Code pénal et de la Loi sur les infractions relatives à la sécurité (mesures spéciales). Pendant cette période, d’après l’ONG travaillant sur son cas, SUARAM, elle a été interrogée 12 heures par jour sur sa possession présumée de livres considérés comme « illégaux » par les autorités malaisiennes. Elle a ensuite été inculpée, en avril 2016, de « soutien des groupes terroristes ou commission d’actes terroristes », en vertu du Code pénal. Le 29 septembre 2016, la haute cour de Kuala-Lumpur a ordonné sa mise en liberté, après avoir conclu que l’accusation n’avait pas réussi à prouver que les livres en sa possession avaient un caractère illégal. Le jour même de sa libération, Siti Noor Aishah a été arrêtée en vertu de la Loi sur la prévention de la criminalité et maintenue en détention durant 60 jours. Elle a ensuite été placée en résidence surveillée.

Sa deuxième arrestation, la plus récente, a eu lieu le 27 mars 2017, après que l’accusation, qui avait contesté la décision de la haute cour, eut obtenu gain de cause devant la Cour d’appel, qui a estimé qu’il fallait rejuger l’affaire. Siti Noor Aishah a été immédiatement placée en garde vue. Aucune caution n’a été proposée et Siti Noor Aishah est actuellement détenue sans inculpation, dans l’attente de sa prochaine audience, qui doit avoir lieu le 10 ou le 11 avril.

Lire l’information complète : Etudiante détenue pour possession de livres « interdits »