Avant que les flammes ne s’éteignent : un film sous tension

Le mardi 7 mai à 20h, le cinéma Varda de Juvisy-sur-Orge a été le théâtre de la projection de « Avant que les flammes ne s’éteignent », un film dramatique français réalisé par Mehdi Fikri et sorti en 2023. Cet événement, organisé en partenariat avec ATTAC VAL D’ORGE et Amnesty Nord Essonne, vise à sensibiliser le public aux violences policières, un sujet brûlant et poignant.


Mehdi Fikri s’est inspiré de plusieurs affaires tragiques pour son premier long-métrage, notamment les décès d’Amine Bentounsi en 2012, de Lamine Diang en 2007, d’Ali Ziri en 2009, de Wissam El-Yamni en 2012 et d’Adama Traoré en 2016. Le film met en lumière les conséquences des violences policières à travers un montage audacieux et un traitement narratif original. « Avant que les flammes ne s’éteignent » a été accueilli favorablement par une partie de la critique, qui le qualifie de « poignant et brûlant d’actualité » selon la rédaction de L’Humanité. En revanche, Le Monde, par la voix de Jacques Mandelbaum, et Libération, sous la plume de Laura Tuillier, ont exprimé des réserves, reprochant au film d’être trop illustratif et de négliger les aspects politiques au profit d’un focus psychologique.


Une campagne de dénigrement orchestrée

À sa sortie, « Avant que les flammes ne s’éteignent » a subi une campagne de dénigrement virulente, orchestrée par la fachosphère et relayée par des médias du groupe de Vincent Bolloré, dont CNews. Des raids en ligne ont ciblé le site Allociné, tentant de faire baisser artificiellement les notes spectateurs du film. Allociné a reconnu le phénomène et a pris des mesures pour le contrer, notamment en publiant un message d’alerte sur la page du film et en modérant les commentaires haineux.


Un soutien indispensable

Chloé Folens, déléguée générale de la Société des réalisatrices et réalisateurs de films (SRF), a souligné que cette pratique de dénigrement en ligne n’est pas nouvelle, touchant souvent les films abordant des questions de minorités. Le film bénéficie également de financements publics, notamment du CNC. Le soutien du public est donc indispensable et est une forme de militantisme en soi.


Spectacle Cosmos à Athis-Mons

En parallèle, Les Bords de Seine accueilleront le spectacle « Cosmos » d’Ashar Muallem, Clément Dazin et la Compagnie La Main de l’Homme, le jeudi 16 mai à 20h30 à la salle Lino Ventura d’Athis-Mons. Ce spectacle de cirque et théâtre raconte l’histoire d’Ashar Muallem, née à Jérusalem, qui partage son parcours personnel à travers une performance intense. Les Bords de Seine proposent un tarif réduit de 8€ au lieu de 18€, avec des réservations à effectuer auprès de Laure Cedomirovic (lcedomirovic@lesbds.fr), en précisant l’affiliation à Amnesty Nord Essonne.

Pour plus d’informations, visitez les liens suivants :

Ces événements culturels et militants sont des occasions essentielles pour soutenir des œuvres engagées et participer à des discussions sur des enjeux contemporains majeurs.