Action Urgente : MALAISIE ; UNE ÉTUDIANTE DÉTENUE POUR POSSESSION DE LIVRES « INTERDITS »

MALAISE : UNE ÉTUDIANTE DÉTENUE POUR POSSESSION DE LIVRES « INTERDITS »

Action urgente immédiate : Envoi de courriers , au 1er Ministre et au Ministre de l’Intérieur.

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Siti Noor Aishah, étudiante chercheuse, a été placée en détention provisoire » pour possession présumée de 12 livres considérés comme « illégaux » par les autorités malaisiennes.

Siti Noor Aishah, 29 ans, étudiante chercheuse à l’Université de Malaya, est actuellement en «détention provisoire » dans la prison de Kajang, dans l’attente d’une audience devant la haute-cour de Kuala-Lumpur, le 10 avril. Elle a été arrêtée pour la deuxième fois le 27 mars pour possession présumée de 12 livres attestant prétendument de son soutien des groupes terroristes ou la commission d’actes terroristes.

Sa première arrestation a eu lieu le 22 mars 2016 — des policiers armés de l’Unité malaisienne de lutte contre le terrorisme l’ont appréhendée après avoir encerclé son domicile, situé dans l’État de Terengganu. Siti Noor Aishah a été détenue à l’isolement dans un lieu inconnu durant 28 jours en application du Code pénal et de la Loi sur les infractions relatives à la sécurité (mesures spéciales). Pendant cette période, d’après l’ONG travaillant sur son cas, SUARAM, elle a été interrogée 12 heures par jour sur sa possession présumée de livres considérés comme « illégaux » par les autorités malaisiennes. Elle a ensuite été inculpée, en avril 2016, de « soutien des groupes terroristes ou commission d’actes terroristes », en vertu du Code pénal. Le 29 septembre 2016, la haute cour de Kuala-Lumpur a ordonné sa mise en liberté, après avoir conclu que l’accusation n’avait pas réussi à prouver que les livres en sa possession avaient un caractère illégal. Le jour même de sa libération, Siti Noor Aishah a été arrêtée en vertu de la Loi sur la prévention de la criminalité et maintenue en détention durant 60 jours. Elle a ensuite été placée en résidence surveillée.

Sa deuxième arrestation, la plus récente, a eu lieu le 27 mars 2017, après que l’accusation, qui avait contesté la décision de la haute cour, eut obtenu gain de cause devant la Cour d’appel, qui a estimé qu’il fallait rejuger l’affaire. Siti Noor Aishah a été immédiatement placée en garde vue. Aucune caution n’a été proposée et Siti Noor Aishah est actuellement détenue sans inculpation, dans l’attente de sa prochaine audience, qui doit avoir lieu le 10 ou le 11 avril.

Lire l’information complète : Etudiante détenue pour possession de livres « interdits »

Actions Urgentes : Guinée – Mexique – Thaïlande

Appels mondiaux avril 2017

À l’heure où le monde célèbre la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, il ne faut pas oublier Aissatou Lamarana Diallo, 28 ans, qui poursuit sa quête de justice, près de deux ans après le meurtre de son mari

L’équipe du Secrétariat international (SI) basée au Mexique vient de remettre plus de 49 000 signatures au ministre de l’Intérieur pour dénoncer les actes de torture sexuelle infligés à des femmes au Mexique. Elle a également pu s’entretenir directement avec lui du cas de Verónica Razo. À l’heure où l’affaire est examinée par le ministère et commence à faire parler d’elle dans les médias, il est important que les sections continuent de faire campagne sur son cas. À cette fin, l’équipe Mexique va lancer une campagne d’envergure axée sur le seul cas de Verónica Razo début avril, en s’appuyant sur cet appel mondial.

Le cas de Pai est jugé emblématique d’une offensive plus vaste ciblant la société civile thaïlandaise, et plus particulièrement le mouvement étudiant pro-démocratie, à l’heure où le régime tente d’étouffer la dissidence pendant qu’il met en œuvre son projet de transition politique. Les procédures en cours sont vues comme le signe avant-coureur possible d’une multiplication des poursuites de cette nature et font naître un climat de crainte chez les militants.