Les bonnes nouvelles de juin 2017

Est-ce que l’action d’Amnesty International sert vraiment à quelque chose ? Oui, Amnesty, ça marche ! Voici la publication de juin 2017 qui en présente les résultats concrets : les « Bonnes Nouvelles ». Tous les mois, sur tous les continents, des femmes, des hommes, des enfants sont libérés…

  • CHINE : un avocat spécialisé dans les droits humains est libéré sous caution dans un contexte de répression acharnée
  • ETATS-UNIS : Chelsea Manning est enfin libre
  • HONGRIE : Vote historique contre la répression en Hongrie
  • IRAN : un défenseur des droits humains de premier plan libéré après dix ans d’emprisonnement
  • KENYA : un jugement plein d’espoir pour tous les peuples autochtones
  • MALDIVES : un militant utilisant les réseaux sociaux a été libéré de prison
  • MEXIQUE : une avancée contre la torture
  • OUGANDA : Stella Nyanzi a été libérée mais des accusations absurdes doivent être abandonnées
  • SOUDAN : des militants de l’opposition ont été libérés sans inculpation
  • SOUDAN : un pasteur, un missionnaire et un militant ont été libérés
  • TOGO: abandon de charges et libération d’une dirigeante associative

Les bonnes nouvelles de novembre 2016

  • BAHREIN : peine d’emprisonnement réduite à 3 ans pour un prisonnier d’opinion
  • COLOMBIE : l’attribution du prix Nobel de la paix illustre la volonté que la Colombie ne ferme pas la porte aux espoirs de paix et de justice
  • FRANCE : Changement d’état civil, enfin une bonne nouvelle pour les personnes transgenres
  • Le KIRGHIZISTAN fait un pas important pour les droits des filles
  • OMAN : des journalistes omanais ont été relâchés
  • POLOGNE : revirement historique du gouvernement sur son projet de loi restreignant encore plus
    le droit à l’avortement

Mexique : Yecenia est libre

Au Mexique, Yecenia Armenta Graciano vient d’être libérée et acquittée après des années d’injustice.

YeceniaLa décision du juge de l’acquitter et de la libérer met fin à l’injustice subie par cette mère de deux enfants. Notre organisation menait campagne depuis 2014.

Campagne « 10 Jours pour signer » décembre 2015 : Yecenia faisait partie des personnes pour qui nous nous sommes mobilisés, à qui vous avez peut-être envoyé des messages de soutien et pour qui vous avez peut-être signé une pétition.

TORTURÉE ET ASPHYXIÉE PAR LES FORCES DE L’ORDRE

En juillet 2012, Yecenia Armenta Graciano est arrêtée par des policiers en civil à Culiacán, dans l’État de Sinaloa. Elle est alors détenue et torturée – notamment asphyxiée, suspendue la tête en bas et agressée sexuellement. On l’oblige à signer des aveux, qui sont à la base de son inculpation.
Des médecins légistes indépendants ont depuis examiné Yecenia deux fois – par des examens conformes aux normes internationales – et ont à chaque fois conclu qu’elle avait bien été torturée. Néanmoins, les autorités n’ont pas tenu compte de leurs conclusions et les aveux de Yecenia restent un élément à charge essentiel à son encontre.

LE COMBAT N’EST PAS FINI

Les personnes ayant torturé Yecenia n’ont toujours pas été traduites en justice et l’impunité pour ce type de violations est monnaie courante.

Il existe au Mexique de nombreuses situations comme celle de Yecenia, qui montrent que les services de médecine légale du Bureau du procureur général de la République ne rassemblent pas les informations adéquates dans les cas de torture.

Yecenia fait partie des milliers de victimes de la justice corrompue du Mexique, qui s’appuie bien trop souvent sur des “aveux” arrachés au moyen de la torture et d’autres mauvais traitements pour condamner des gens

Phyoe Phyoe Aun est libre !

PhyoePhyoeAunestlibre

 

 

 

Phyoe Phyoe Aung lors de sa comparution devant le tribunal de Tharawaddy, mai 2015. © Privé

[09/04/2016]

Nous n’avons pas d’arme. Nous n’avons que nos corps pour défendre nos revendications. »

BONNE NOUVELLE 12/04/2016 :Phyoe Phyoe Aun est libre !
Des milliers de sympathisants d’Amnesty dans le monde entier ont écrit plus de 394 000 lettres, courriels et tweets, en faveur de Phyoe Phyoe Aung.
Cette bonne nouvelle nous est parvenue après que le nouveau gouvernement du Myanmar a annoncé qu’il allait prendre des mesures pour libérer tous les prisonniers d’opinion dès que possible. Les charges retenues contre Phyoe Phyoe Aung et contre de nombreux autres étudiants ayant participé à des manifestations en mars 2015 ont été abandonnées.

Phyoe Phyoe (27 ans) est la Secrétaire générale de la Fédération des syndicats étudiants birmans (All Burma Federation Student Union -ABFSU). Ce mouvement syndical conteste la loi nationale sur l’éducation votée en septembre 2014.
Il dénonce en particulier le contrôle du gouvernement sur les universités, l’absence de reconnaissance des langues minoritaires ainsi que l’absence de reconnaissance des syndicats d’étudiants et enseignants.

Après l’échec de négociations avec les autorités, une grande marche vers la capitale a été organisée en mars 2015. Bloqués par la police, les étudiants sont restés sur place pendant huit jours avant d’être violemment dispersés. Une centaine d’entre eux a été arrêtée.
Ils ont alors été inculpés pour des motifs multiples : « rassemblement illégal », « participation à un attroupement illégal sachant qu’il a été dispersé », « émeute », « blessure volontaire pour détourner un fonctionnaire de son devoir », « incitation à commettre des infractions contre l’État ou contre la tranquillité publique ». Certains étudiants, blessés lors de leur arrestation, n’ont reçu aucun soin médical. Tous ont été détenus dans des conditions sanitaires déplorables et leur accès à des avocats a été très restreint.

La blogueuse Ta Phong Tan a été libérée

Enfin libreArrêtée et condamnée en raison de ses prises de position, Ta  Phong Tan a été libérée mi-septembre 2015.

En décembre 2014, plus de 50 000 personnes s’étaient mobilisées pour sa libération lors de l’opération ’10 jours pour signer’.
Ta Phong Tan avait été condamnée à 10 ans de prison en septembre 2012 par le Tribunal populaire d’Ho Chi Minh-Ville. Cette blogueuse influente militait pour la liberté d’expression et pour une plus grande transparence des autorités vietnamiennes. Ancienne policière, elle est l’une des cofondatrices du Club des journalistes vietnamiens libres pour encourager la liberté d’expression.
Cet engagement avait provoqué la réaction des autorités et son arrestation en septembre 2011

Nigéria : La grâce totale accordée à Moses Akatugba !

LIBÉRÉ APRÈS AVOIR ÉTÉ ARRÊTÉ ET TORTURÉ ALORS QU’IL N’ÉTAIT QU’UN ADOLESCENT

Moses Akatugba se trouvait dans le quartier des condamnés à mort après avoir été condamné il y a 10 ans pour le vol de trois téléphones portables et a été torturé à plusieurs reprises pour le contraindre à « avouer ». Il a déclaré qu’il s’est senti « bouleversé » lorsque le gouverneur sortant de l’État du Delta a annoncé dans la soirée du 28 mai qu’il lui accordait la grâce totale.

UNE MOBILISATION MONDIALE EN FAVEUR DE MOSES

Sans les milliers de lettres envoyées du monde entier pour soutenir Moses, il n’aurait peut-être jamais recouvré sa liberté.
Dans une déclaration faisant suite à l’annonce du gouverneur, Moses a indiqué :moses_1
 « Les membres et les militants d’Amnesty International sont mes héros. Je promets de militer pour les droits humains, de me battre pour d’autres.
»

Moses a également remercié le défenseur des droits humains Justine Ijeomah, responsable de la Fondation pour les droits humains, le développement social et l’environnement (HURSDEF), une ONG nigériane, et le gouverneur Emmanuel Uduaghan pour avoir « tenu parole ».

Voir l’article complet sur le site d’Amnesty International France

Il est désormais possible d’envoyer des messages de soutien à Ta Phong Tan !

TA PHONG TAN – VIETNAM – 10 JPS

La pétition pour Ta Phong Tan est terminée : elle a réuni 44 951 signatures en France !

La remise des signatures à l’ambassade est en cours de préparation.

UNE BLOGUEUSE EMPRISONNÉE POUR SES ARTICLES DÉRANGEANTS

Ta PImage sans titrehong Tan est l’une des co-fondatrices du Club des journalistes vietnamiens libres, crée en septembre 2007 pour encourager la liberté d’expression.

Son engagement a vite provoqué la réaction des autorités et son arrestation en septembre 2011.

Un an plus tard, elle est jugée avec un autre blogueur reconnu, Dieu Cay. Lors du procès, seuls trois des neuf témoins convoqués étaient présents. Les amis, familles ou soutiens des deux prévenus ont été empêchés d’assister à l’audience. Les plaidoieries des avocats ont été écourtées, rendant leur tâche impossible, violant du coup toutes les normes d’équité.

Dieu Cay, condamné à 12 ans de prison, a finalement été libéré en octobre 2014 et contraint à un exil forcé aux Etats-Unis.

La condamnation de Ta Phong Tan repose sur l’article 88 du Code pénal portant sur la « propagande contre le régime ». Cet article est fréquemment utilisé pour poursuivre et emprisonner des opposants et dissidents. Les représailles ont également touché sa famille. En 2012, sa mère, désespérée, meurt en s’immolant par le feu devant le bureau du Comité populaire local. Ta Phong Tan n’a pas été autorisée à assister à ses funérailles.

Elle est emprisonnée à plus de 1500 kilomètres de sa famille dans des conditions inquiétantes.

QUAND S’EXPRIMER RIME AVEC DANGER

Dans un pays ou les media sont sous strict contrôle de l’Etat, le web n’est pas un espace de libre expression. Si les journaux ou sites d’information sont nombreux (près de 700), ils sont soumis à un régime de censure. Ceux qui tentent de le contourner sont lourdement sanctionnés.

Les articles de Ta Phong Tan couvrent une grande diversité de sujets : injustices sociales, atteintes aux droits humains, abus de pouvoir de la police, souveraineté nationale… Son engagement a inspiré une nouvelle génération de citoyens et de journalistes qui militent pour la liberté d’expression.

DEUX CITATIONS DE TA PHONG TAN, TRADUITES DE SON BLOG :

« Chaque blogueur devrait être un journaliste citoyen. Lorsque vous publiez des informations sur votre blog, vous transmettez un savoir à d’autres, pour que tout le monde puisse le connaître, que tout le monde puisse en discuter, le vérifier, et qu’ainsi, chacun puisse utiliser ses droits de citoyen en demandant au gouvernement d’assurer ses fonctions et de remplir ses devoirs, conformément à la loi. Votre savoir peut ne couvrir qu’une petite partie de la vie sociale mais tous les savoirs additionnés contribuent à créer une peinture plus complète de la réalité sociale. Lorsque vous devenez un journaliste citoyen, vous jouez un rôle essentiel pour rendre la société plus ouverte et transparente, contribuant à construire notre société civile. »

« Les autorités vietnamiennes ont bafoué les lois vietnamiennes ainsi que les conventions internationales dont le pays est signataire. Ils ont profité de leurs pouvoirs pour m’arrêter, confisquer mes biens, les documents sur lesquels je travaillais, de façon illégale, afin de me priver de tous mes moyens et conditions de vie légitimes, tout cela parce que je suis une journaliste indépendante qui ose avoir un avis critique sur les erreurs de l’état et les injustices dans la société vietnamienne. »

VOUS POUVEZ DESORMAIS LUI ENVOYER DES MESSAGES DE SOUTIEN :

Les messages doivent être rédigés en vietnamien ou en anglais. N’hésitez pas à les faire traduire. Sinon, écrivez des messages simples et utilisez Google Traduction : www.translate.google.fr

Il est possible d’envoyer des messages – lettres, cartes postales – à caractère religieux (photo de tableau à caractère religieux, mobnument connu, paysage familier de votre région…)et indiquer une adresse au dos de l’enveloppe.Par contre, veillez à ne pas mentionner Amnesty International.

Dates clé : Par exemple, pour Pâques (le 5 avril) car elle est catholique rédemptoriste. Son nom de baptême est Marie.

30 avril : fête nationale de la réunification du Vietnam ;

3mai : Journée mondiale de la liberté de la presse ;

2 septembre : fête nationale du Vietnam ;

15 septembre : anniversaire de Ta Phong Tan ;

19 septembre : jour où le Club des Journalistes Vietnamiens Libres a été fondé (2007).

Tenir compte du délai postal de 12 jours ouvrés, plus s’agissant d’une prison.

 

Ta Phong Tan
Prison No 5
Thanh Lam commune
Yen Dinh district
Thanh Hoa Province

EXEMPLE DE MESSAGE:

« Bonjour Madame Ta Phong Tan,
Je tenais à vous écrire un message pour vous dire à quel point je trouve admirable votre courage et votre combat. Le monde a besoin de personnes comme vous !
Je vous souhaite beaucoup de courage et n’oubliez pas que nous pensons à vous depuis la France dans ces moments si difficiles. »
« Chào bà Tạ Phong Tần,
Tôi viết thư này cho bà để bày tỏ lòng cảm mến đối với sự dũng cảm và cuộc đấu tranh của bà.
Thế giới này cần những người như bà!
Tôi xin chúc bà thật nhiều nghị lực và bà đừng quên rằng chúng tôi luôn nghĩ đến bà trong những lúc khó khăn này. »

Merci à vous pour cette belle action de solidarité !