Samedi 9 décembre : « 10 jours pour signer », à Juvisy-sur-Orge

Samedi 9 décembre, veille de la journée internationale des droits de l’homme, venez rencontrer des membres de notre groupe d’Amnesty International, vous documenter, signer des pétitions pour aider des personnes victimes de violations des droits humains, leur envoyer des messages de soutien.

Grande mobilisation, ce 9 décembre de 10h à 18h aux Travées 9 rue du Dr Vinot et Place de l’Orge : information, signature de pétitions, envoi de messages de soutien à des personnes victimes de violations des droits humains.

IRAN : Justice pour Zeynab Jalalian

Pour demander justice pour Zeynab Jalalian qui a été condamnée injustement à la prison à vie !

  • signer et envoyer le courrier joint au Ministre de la Justice de la République Islamique d’Iran

ou

Zeynab Jalalian purge une peine de réclusion à perpétuité, et le monde autour d’elle devient chaque jour plus sombre. Arrêtée en raison de ses activités politiques, torturée pendant sa détention, elle risque maintenant de perdre la vue. En 2008, elle a été incarcérée en raison de ses liens supposés avec la branche militaire d’un groupe d’opposition kurde. Les autorités l’empêchent à présent de recevoir les soins médicaux qui lui permettraient de ne pas devenir aveugle.

Iran ; lettre au Ministre de la Justice de la République Islamique d’Iran

Samedi 10 décembre : « 10 jours pour signer », à Juvisy-sur-Orge

Aujourd’hui, samedi 10 décembre, journée internationale des droits de l’homme, venez rencontrer des membres de notre groupe d’Amnesty International, vous documenter, signer des pétitions pour aider des personnes victimes de violations des droits humains, leur envoyer des messages de soutien.

Grande mobilisation, ce 10 décembre de 10h à 18h aux Travées 9 rue du Dr Vinot et Place de l’Orge : information, signature de pétitions, envoi de messages de soutien à des personnes victimes de violations des droits humains.

Film « Fuocoammare : par-delà Lampedusa » ; Mardi 6 décembre, à 20h

« Fuocoammare : par-delà Lampedusa »
 Ours d’Or 2016 au Festival de Berlin

L’histoire de Fuocoammare, c’est la nôtre, c’est celle de l’Europe, de cette Europe recroquevillée sur elle-même, qui ne sait pas, qui ne veut pas savoir ce qui se passe à ses frontières. Mais elle est également 400p_h_fuocoammare-par-dela-lampedusal’histoire des européens qui s’engagent pour porter secours aux réfugiés et aux migrants en mer, malgré le repli sur soi prôné par les responsables européens. Un film poignant qui dévoile le contraste entre la vie paisible à Lampedusa et les tragédies qui se déroulent aux frontières de l’Europe.

 

Mardi 6 décembre à 20h :
au cinéma Agnès Varda
37-39 Grande Rue, Juvisy: soirée ciné-débat, projection du film

La discussion sera suivie d’une discussion avec Geneviève Garrigos, ex-présidente d’Amnesty France et Manon Maison, représentante de SOS MEDITERRANEE

« 10 jours pour signer », à Juvisy-sur-Orge, du 6 au 14 décembre

Cette année encore, Amnesty International France vous propose d’agir, pendant 10 jours, début 160p_h_snowdendécembre, pour 10 situations représentatives des violations des droits humains dans le monde.

A Juvisy-sur-Orge, du  6 au 14 décembre, vous pouvez agir pour aider des personnes victimes de violences partout dans le monde, en participant aux actions de notre Groupe local.

  • Du 6 au 14 décembre :
    Exposition aux Travées  :
    « Amnesty International : répondre à la violence du monde »
  • Mardi 6 décembre à 20h :150p_h_fuocoammare-par-dela-lampedusa
    au cinéma Agnès Varda
    37-39 Grande Rue : soirée ciné-débat, projection du film
    « Fuocoammare : par-delà Lampedusa » ; Ours d’Or 2016 au Festival de Berlin
    La discussion se fera en présence de Geneviève Garrigos, ex-présidente d’Amnesty France et d’un intervenant de SOS Méditerranée
  • Samedi 10 décembre : journée internationale des droits de l’homme
    Grande mobilisation le 10 décembre de 10h à 18h aux Travées 9 rue du Dr Vinot et Place de l’Orge : information, signature de pétitions, envoi de messages de soutien à des personnes victimes de violations des droits humains

 

 

Mexique : Yecenia est libre

Au Mexique, Yecenia Armenta Graciano vient d’être libérée et acquittée après des années d’injustice.

YeceniaLa décision du juge de l’acquitter et de la libérer met fin à l’injustice subie par cette mère de deux enfants. Notre organisation menait campagne depuis 2014.

Campagne « 10 Jours pour signer » décembre 2015 : Yecenia faisait partie des personnes pour qui nous nous sommes mobilisés, à qui vous avez peut-être envoyé des messages de soutien et pour qui vous avez peut-être signé une pétition.

TORTURÉE ET ASPHYXIÉE PAR LES FORCES DE L’ORDRE

En juillet 2012, Yecenia Armenta Graciano est arrêtée par des policiers en civil à Culiacán, dans l’État de Sinaloa. Elle est alors détenue et torturée – notamment asphyxiée, suspendue la tête en bas et agressée sexuellement. On l’oblige à signer des aveux, qui sont à la base de son inculpation.
Des médecins légistes indépendants ont depuis examiné Yecenia deux fois – par des examens conformes aux normes internationales – et ont à chaque fois conclu qu’elle avait bien été torturée. Néanmoins, les autorités n’ont pas tenu compte de leurs conclusions et les aveux de Yecenia restent un élément à charge essentiel à son encontre.

LE COMBAT N’EST PAS FINI

Les personnes ayant torturé Yecenia n’ont toujours pas été traduites en justice et l’impunité pour ce type de violations est monnaie courante.

Il existe au Mexique de nombreuses situations comme celle de Yecenia, qui montrent que les services de médecine légale du Bureau du procureur général de la République ne rassemblent pas les informations adéquates dans les cas de torture.

Yecenia fait partie des milliers de victimes de la justice corrompue du Mexique, qui s’appuie bien trop souvent sur des “aveux” arrachés au moyen de la torture et d’autres mauvais traitements pour condamner des gens

Phyoe Phyoe Aun est libre !

PhyoePhyoeAunestlibre

 

 

 

Phyoe Phyoe Aung lors de sa comparution devant le tribunal de Tharawaddy, mai 2015. © Privé

[09/04/2016]

Nous n’avons pas d’arme. Nous n’avons que nos corps pour défendre nos revendications. »

BONNE NOUVELLE 12/04/2016 :Phyoe Phyoe Aun est libre !
Des milliers de sympathisants d’Amnesty dans le monde entier ont écrit plus de 394 000 lettres, courriels et tweets, en faveur de Phyoe Phyoe Aung.
Cette bonne nouvelle nous est parvenue après que le nouveau gouvernement du Myanmar a annoncé qu’il allait prendre des mesures pour libérer tous les prisonniers d’opinion dès que possible. Les charges retenues contre Phyoe Phyoe Aung et contre de nombreux autres étudiants ayant participé à des manifestations en mars 2015 ont été abandonnées.

Phyoe Phyoe (27 ans) est la Secrétaire générale de la Fédération des syndicats étudiants birmans (All Burma Federation Student Union -ABFSU). Ce mouvement syndical conteste la loi nationale sur l’éducation votée en septembre 2014.
Il dénonce en particulier le contrôle du gouvernement sur les universités, l’absence de reconnaissance des langues minoritaires ainsi que l’absence de reconnaissance des syndicats d’étudiants et enseignants.

Après l’échec de négociations avec les autorités, une grande marche vers la capitale a été organisée en mars 2015. Bloqués par la police, les étudiants sont restés sur place pendant huit jours avant d’être violemment dispersés. Une centaine d’entre eux a été arrêtée.
Ils ont alors été inculpés pour des motifs multiples : « rassemblement illégal », « participation à un attroupement illégal sachant qu’il a été dispersé », « émeute », « blessure volontaire pour détourner un fonctionnaire de son devoir », « incitation à commettre des infractions contre l’État ou contre la tranquillité publique ». Certains étudiants, blessés lors de leur arrestation, n’ont reçu aucun soin médical. Tous ont été détenus dans des conditions sanitaires déplorables et leur accès à des avocats a été très restreint.

Action Urgente – Arabie Saoudite

Lettre à envoyer au Roi d’Arabie Saoudite et à l’Ambassadeur d’Arabie Saoudite, demandant de libérer Waleed_Abu_al-Khairimmédiatement et inconditionnellement Waleed Abu al-Khair, avocat saoudien emprisonné.
Waleed Abu al-Khair a défendu de nombreuses victimes et militants des droits humains, notamment le blogueur Raif Badawi.
Son engagement pacifique lui vaut de purger actuellement une peine de prison de 15 ans, assortie de 15 ans d’interdiction de quitter le territoire.

Lettre : Arabie_Saoudite_Lettre_fev_2016

  • Adresse du roi : cf la lettre
  • Adresse de l’ambassade : M. l’Ambassadeur d’Arabie Saoudite 92 rue de Courcelles 75008 Paris.