Action Urgente : Chine ; UNE FEMME ET SON ENFANT RISQUENT UN RETOUR FORCÉ

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Lee Su-jung (nom utilisé en Chine), 24 ans, et son fils, 4 ans, sont actuellement détenus à Shenyang, en Chine, avec 8 autres Nord-Coréens. En cas de retour forcé, ils risquent de subir des persécutions ou d’autres graves violations des droits humains, comme une détention arbitraire, des actes de torture ou d’autres mauvais traitements, voire une exécution.

Lire l’information complète : UNE FEMME ET SON ENFANT RISQUENT UN RETOUR FORCÉ

Samedi 9 décembre : « 10 jours pour signer », à Juvisy-sur-Orge

Samedi 9 décembre, veille de la journée internationale des droits de l’homme, venez rencontrer des membres de notre groupe d’Amnesty International, vous documenter, signer des pétitions pour aider des personnes victimes de violations des droits humains, leur envoyer des messages de soutien.

Grande mobilisation, ce 9 décembre de 10h à 18h aux Travées 9 rue du Dr Vinot et Place de l’Orge : information, signature de pétitions, envoi de messages de soutien à des personnes victimes de violations des droits humains.

Les bonnes nouvelles de juin 2017

Est-ce que l’action d’Amnesty International sert vraiment à quelque chose ? Oui, Amnesty, ça marche ! Voici la publication de juin 2017 qui en présente les résultats concrets : les « Bonnes Nouvelles ». Tous les mois, sur tous les continents, des femmes, des hommes, des enfants sont libérés…

  • CHINE : un avocat spécialisé dans les droits humains est libéré sous caution dans un contexte de répression acharnée
  • ETATS-UNIS : Chelsea Manning est enfin libre
  • HONGRIE : Vote historique contre la répression en Hongrie
  • IRAN : un défenseur des droits humains de premier plan libéré après dix ans d’emprisonnement
  • KENYA : un jugement plein d’espoir pour tous les peuples autochtones
  • MALDIVES : un militant utilisant les réseaux sociaux a été libéré de prison
  • MEXIQUE : une avancée contre la torture
  • OUGANDA : Stella Nyanzi a été libérée mais des accusations absurdes doivent être abandonnées
  • SOUDAN : des militants de l’opposition ont été libérés sans inculpation
  • SOUDAN : un pasteur, un missionnaire et un militant ont été libérés
  • TOGO: abandon de charges et libération d’une dirigeante associative

Action Urgente : MALAISIE ; UNE ÉTUDIANTE DÉTENUE POUR POSSESSION DE LIVRES « INTERDITS »

MALAISE : UNE ÉTUDIANTE DÉTENUE POUR POSSESSION DE LIVRES « INTERDITS »

Action urgente immédiate : Envoi de courriers , au 1er Ministre et au Ministre de l’Intérieur.

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Siti Noor Aishah, étudiante chercheuse, a été placée en détention provisoire » pour possession présumée de 12 livres considérés comme « illégaux » par les autorités malaisiennes.

Siti Noor Aishah, 29 ans, étudiante chercheuse à l’Université de Malaya, est actuellement en «détention provisoire » dans la prison de Kajang, dans l’attente d’une audience devant la haute-cour de Kuala-Lumpur, le 10 avril. Elle a été arrêtée pour la deuxième fois le 27 mars pour possession présumée de 12 livres attestant prétendument de son soutien des groupes terroristes ou la commission d’actes terroristes.

Sa première arrestation a eu lieu le 22 mars 2016 — des policiers armés de l’Unité malaisienne de lutte contre le terrorisme l’ont appréhendée après avoir encerclé son domicile, situé dans l’État de Terengganu. Siti Noor Aishah a été détenue à l’isolement dans un lieu inconnu durant 28 jours en application du Code pénal et de la Loi sur les infractions relatives à la sécurité (mesures spéciales). Pendant cette période, d’après l’ONG travaillant sur son cas, SUARAM, elle a été interrogée 12 heures par jour sur sa possession présumée de livres considérés comme « illégaux » par les autorités malaisiennes. Elle a ensuite été inculpée, en avril 2016, de « soutien des groupes terroristes ou commission d’actes terroristes », en vertu du Code pénal. Le 29 septembre 2016, la haute cour de Kuala-Lumpur a ordonné sa mise en liberté, après avoir conclu que l’accusation n’avait pas réussi à prouver que les livres en sa possession avaient un caractère illégal. Le jour même de sa libération, Siti Noor Aishah a été arrêtée en vertu de la Loi sur la prévention de la criminalité et maintenue en détention durant 60 jours. Elle a ensuite été placée en résidence surveillée.

Sa deuxième arrestation, la plus récente, a eu lieu le 27 mars 2017, après que l’accusation, qui avait contesté la décision de la haute cour, eut obtenu gain de cause devant la Cour d’appel, qui a estimé qu’il fallait rejuger l’affaire. Siti Noor Aishah a été immédiatement placée en garde vue. Aucune caution n’a été proposée et Siti Noor Aishah est actuellement détenue sans inculpation, dans l’attente de sa prochaine audience, qui doit avoir lieu le 10 ou le 11 avril.

Lire l’information complète : Etudiante détenue pour possession de livres « interdits »

Action Urgente : SERBIE, des réfugiés et de migrants exposés à un froid extrême

Ci-dessous une action urgente à traiter avant le 24 février 2017

SERBIE : Plus d’un millier de réfugiés et de migrants sont exposés aux maladies et vivent dans des conditions inhumaines parce que les autorités serbes ne leur fournissent pas de logement, de nourriture ni de soins médicaux. Pour résister au froid extrême, ils doivent allumer des feux et squatter des entrepôts abandonnés de la capitale. :  Voir, ici, les informations complémentaires sur leur situation.

Voici, pour cette Action Urgente,  les documents à compléter et  à envoyer aux ministres de l’intérieur et du travail de Serbie

Les adresses d’envoi :

  • Ministre du Travail, de l’Emploi, des Anciens combattants et des Affaires sociales
    • Mail : brziodgovori@minrzs.gov.rs
    • Courrier : Aleksandar Vulin
      Ministère du Travail, de l’Emploi, des Anciens combattants et des Affaires sociales
      Nemanjina 22-26
      11000 Belgrade, Serbie
  • Ministre de l’Intérieur 
    • Mail : info@mup.gov.rs
    • Courrier : Nebojša Stefanović
      Ministère de l’Intérieur
      Bulevar Mihajla Pupina 2a
      11000 Belgrade, Serbie
  • Copie au Responsable de la Commission pour les réfugiés et les migrations
    • Mail : : kirs@kirs.gov.rs
    • Courrier : Vladimir Cucić
      Commissariat for Refugees and Migration
      Narodnih heroja 4
      11070 Belgrade, Serbie
  • Copie à l’Ambassade de Serbie
    5 rue Léonard de Vinci – 75116 Paris
    Tél : 01.40.72.24.24 – Fax : 01.40.72.24.11Mail : ambassade.paris@mfa.rs
    ambasadapariz@wanadoo.fr
  • Tarifs postaux pour la Serbie Lettre internationale (20 g): 1,30 €

 

SERBIE

Plus d’un millier de réfugiés et de migrants sont exposés aux maladies et vivent dans des conditions inhumaines parce que les autorités serbes ne leur fournissent pas de logement, de nourriture ni de soins médicaux. Pour résister au froid extrême, ils doivent allumer des feux et squatter des entrepôts abandonnés de la capitale.

Selon les estimations, 1 200 réfugiés et migrants dorment dans des entrepôts abandonnés du centre de Belgrade. Les représentants d’Amnesty International ont constaté que leurs conditions de vie étaient inhumaines et, avec des températures allant jusqu’à – 20 °C, ces personnes risquent fort de contracter des maladies, voire de succomber à des gelures ou à l’hypothermie. La plupart n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins et survivent grâce à l’unique repas quotidien que leur distribue une organisation non gouvernementale (ONG). Les autorités serbes ne leur fournissent pas de nourriture en quantité suffisante, d’eau, d’accès à des installations sanitaires, de soins médicaux, de vêtements adaptés ni d’hébergement. Les réfugiés et les migrants doivent allumer des feux pour se tenir chaud ; ils brûlent du bois et des déchets trouvés çà et là, y compris du plastique, ce qui dégage des fumées toxiques et présente un risque de propagation des flammes. Nombre d’entre eux ne disposent pas de vêtements ou d’accessoires pourtant indispensables comme des chaussettes et des chaussures d’hiver.

Les autorités n’ont pas mis en place de centres d’urgence pour accueillir ces réfugiés et ces migrants, qui viennent majoritairement d’Afghanistan. Tous les jours, la police fait le tour des entrepôts pour compter les occupants. Les autorités n’ont pris aucune mesure pour repérer les personnes particulièrement fragiles, notamment les enfants et les personnes ayant besoin de soins médicaux immédiats.

Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), les enfants non accompagnés, dont certains n’ont que 11 ans, représentent un quart des occupants des entrepôts. Ils risquent d’être victimes de violences et sont particulièrement exposés aux conditions de vie difficile et à l’exploitation. Nombre d’entre eux vivent dans les entrepôts depuis des mois. En novembre 2016, l’État a informé les ONG prêtant assistance aux réfugiés et aux migrants que leur aide ne pouvait plus être acceptée en dehors des centres officiels, tout en précisant que la capacité de ceux-ci ne serait pas accrue.

Action Urgente : OUZBÉKISTAN

Ouzbékistan. Mouhammad Bekjanov

Ce journaliste de 62 ans a passé les 17 dernières années derrière les barreaux bien qu’il ait affirmé à son procès en 1999 qu’on l’avait torturé afin de lui extorquer des « aveux ». Il aurait été frappé à coups de matraque en caoutchouc, asphyxié et soumis à des décharges électriques. Le tribunal n’a pas pris ses allégations de torture en considération.

En 2012, sa peine a déjà été prolongée arbitrairement de 4 ans .

Il devrait être remis en liberté au mois de janvier 2017 mais ses proches craignent un scénario identique à celui de 2012. (cf document  : Action Urgente Mouhammad BEKJANOV)

Ci-dessous les deux courriers à envoyer, avant le 27 janvier, au procureur général et au Président de l’Ouzbékistan.

Les bonnes nouvelles de novembre 2016

  • BAHREIN : peine d’emprisonnement réduite à 3 ans pour un prisonnier d’opinion
  • COLOMBIE : l’attribution du prix Nobel de la paix illustre la volonté que la Colombie ne ferme pas la porte aux espoirs de paix et de justice
  • FRANCE : Changement d’état civil, enfin une bonne nouvelle pour les personnes transgenres
  • Le KIRGHIZISTAN fait un pas important pour les droits des filles
  • OMAN : des journalistes omanais ont été relâchés
  • POLOGNE : revirement historique du gouvernement sur son projet de loi restreignant encore plus
    le droit à l’avortement