Bonne nouvelle : Mahadine a été libéré

Vous avez peut-être signé une pétition pour Mahadine au Tchad : il faisait partie des 10 personnes défendues dans la campagne « 10 Jours pour signer ».

En avril, Mahadine, un cybermilitant du Tchad, a été libéré après avoir passé plus de 18 mois en prison sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. Il était passible d’une peine de prison à vie pour un message sur Facebook qui critiquait le gouvernement. Ses sympathisants ont mené plus de 690 000 actions en sa faveur.

 

Action Urgente : PEROU, des militants écologistes menacés

Ci-dessous les 3 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

DES MILITANTS ECOLOGISTES MENACES
Des trafiquants présumés harcèlent et menacent  les membres du Front de défense «Sauvons Chaparrí», qui vise à protéger la réserve écologique de Chaparrí, au Pérou. Ceux-ci craignent pour leur sécurité.
En janvier et février 2018, les membres du Front de défense «Sauvons Chaparrí» ont indiqué à Amnesty International que des personnes les harcelaient en les menaçant de les attaquer ou de les priver de
leurs terres et qu’ils étaient surveillés par des trafiquants présumés dans le village de Santa Catalina de Chongoyape, à l’intérieur de la réserve écologique de Chaparrí. Le Front de défense est composé d’habitants du village et de membres de l’Association pour la conservation de la nature et du tourisme durable à Chaparrí (ACOTURCH). Ces militants se consacrent à la défense et à la conservation de la réserve.
Le 30 décembre 2017, la situation est devenue extrêmement grave : quatre individus non identifiés ont tué José Napoleón Tarrillo Astonitas à son domicile en le rouant de coups et en l’étranglant en présence de son épouse, Flor Vallejos.
Lire l’information complète : AU_PEROU

 

 

Action Urgente : Chine ; UNE FEMME ET SON ENFANT RISQUENT UN RETOUR FORCÉ

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Lee Su-jung (nom utilisé en Chine), 24 ans, et son fils, 4 ans, sont actuellement détenus à Shenyang, en Chine, avec 8 autres Nord-Coréens. En cas de retour forcé, ils risquent de subir des persécutions ou d’autres graves violations des droits humains, comme une détention arbitraire, des actes de torture ou d’autres mauvais traitements, voire une exécution.

Lire l’information complète : UNE FEMME ET SON ENFANT RISQUENT UN RETOUR FORCÉ

Samedi 9 décembre : « 10 jours pour signer », à Juvisy-sur-Orge

Samedi 9 décembre, veille de la journée internationale des droits de l’homme, venez rencontrer des membres de notre groupe d’Amnesty International, vous documenter, signer des pétitions pour aider des personnes victimes de violations des droits humains, leur envoyer des messages de soutien.

Grande mobilisation, ce 9 décembre de 10h à 18h aux Travées 9 rue du Dr Vinot et Place de l’Orge : information, signature de pétitions, envoi de messages de soutien à des personnes victimes de violations des droits humains.

Action Urgente : RUSSIE

FÉDÉRATION DE RUSSIE. ON IGNORE LE SORT D’UN TCHÉTCHÈNE QUI A « DISPARU » EN RUSSIE

Ci-dessous les 2 modèles du courrier à personnaliser et  à envoyer,

Imran Salamov, 39 ans, est un Tchétchène qui a été renvoyé contre son gré en Russie depuis le Bélarus le 5 septembre 2017. On ignore où il se trouve actuellement et il est à craindre qu’il ne soit soumis à des actes de torture ou à d’autres mauvais traitements.
Imran Salamov, 39 ans, est un Tchétchène qui a été soumis à une « disparition », faisant l’objet d’un transfert du Bélarus en Russie le 5 septembre alors qu’il était incarcéré dans un centre de détention à Brest, au Bélarus. Il se trouvait auparavant dans la ville de Brest avec sa femme et ses quatre enfants. Depuis le mois de mars, ils avaient quitté à maintes reprises le Bélarus pour la Pologne afin d’y demander l’asile. Toutes leurs tentatives s’étaient soldées par un échec et, à chaque fois, ils avaient été renvoyés au Bélarus par les gardes-frontières polonais, bien qu’ils aient clairement exprimé leur intention de déposer une demande d’asile. Ce rejet de la part des autorités polonaises constitue une violation du droit international relatif aux droits humains et va à l’encontre des obligations incombant à la Pologne en tant qu’État membre de l’UE. Imran Salamov affirme qu’il a été torturé à plusieurs reprises en Tchétchénie et que sa famille et lui sont partis pour échapper à d’autres persécutions.

Lire l’information complète : Le sort d’un Tchétchène qui a « disparu » en Russie